Accesskey et liens directes

Emphysème par déficit en alpha-1 antitrypsine

On parle beaucoup de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), dont la principale cause est le tabagisme. Pourtant, de nombreux non-fumeurs peuvent aussi être atteints par cette maladie. L’une des causes est le déficit en alpha-1 antitrypsine.

Qu’est-ce que l’alpha-1 antitrypsine?

Le poumon est un organe très fragile et les parois des alvéoles qui permettent le passage de l’oxygène dans le sang sont extrêmement fines. En cas d’infection, les globules blancs arrivent en masse pour détruire les bactéries. Ils libèrent des enzymes très puissantes qui tuent les germes indésirables mais qui seraient aussi capables de détruire les parois des alvéoles, si celles-ci n’étaient pas protégées. La protection des alvéoles est assurée par une protéine appelée alpha-1 antitrypsine.

Figure 1: Poumon normal: le lobule pulmonaire secondaire est constitué de parenchyme alvéolaire (*) bordé en périphérie par les septas lobulaires (flèches) et centrés par une bronchiole terminale (B) et son artériole (A).
Figure 2: Emphysème sévère: les alvéoles du lobule pulmonaire ont disparu. Il ne persiste que des bronches (B) et des artères (A) situées dans de grandes cavités aérées.

Que se passe-t-il si nous manquons d’alpha-1 antitrypsine?

Si l’alpha-1 antitrypsine n’exerce pas son rôle de protection, les enzymes des globules blancs attaquent la paroi des alvéoles et la détruisent peu à peu au cours de la vie à l’occasion d’infections respiratoires. Cette destruction progressive provoque une maladie respiratoire appelée «emphysème » (figure 2), qui est l’une des formes de BPCO. L’emphysème entraîne une diminution progressive de la surface d’échange qui permet le passage de l’oxygène de l’air dans le sang et l’élimination du gaz carbonique. Le poumon perd aussi son élasticité, et les forces qui maintiennent ouvertes les petites bronches sont diminuées, entraînant une réduction de leur calibre et freinant l’écoulement de l’air. La respiration devient progressivement très pénible. Si un sujet ayant un déficit en alpha-1 antitrypsine est fumeur, les 2 phénomènes s’additionnent et une insuffisance respiratoire apparaît tôt chez l’adulte jeune.

 

Comment peut-on manquer d’alpha-1 antitrypsine?

Le déficit en alpha-1 antitrypsine est une maladie génétique. Il y a divers types d’atteinte du gène: l’atteinte la plus légère s’appelle S, la forme Z est plus sévère et la forme Null est la plus dangereuse (il n’y a pas de production d’alpha-1 antitrypsine). La forme M est normale.

 

Comment se transmet le déficit en alpha-1 antitrypsine?

Nous héritons toujours d’un chromosome de la mère (M, S, Z ou Null) et d’un du père (également M, S, Z ou Null). Si un seul des 2 chromosomes hérités est porteur de la maladie, les manifestations seront minimes. Si les 2 chromosomes sont atteints, la maladie risque d’être plus grave. La signification pratique de ces anomalies est résumée dans le tableau.

 

Comment se manifeste la maladie et comment se fait le diagnostic?

Il apparaît un essoufflement progressif à l’effort, une respiration sifflante, une toux chronique avec expectorations, et de fréquents refroidissements. Le diagnostic se fait souvent chez l’adulte vers l’age de 30–50 ans, bien que le déficit génétique existe depuis la naissance. L’histoire peut être évocatrice, avec des problèmes respiratoires chez plusieurs membres d’une famille. La maladie peut être suspectée sur la radiographie du thorax et le scanner. Les laboratoires peuvent doser l’alpha-1 antitrypsine dans le sang et préciser le type MZ, SZ, ZZ ou Null.

 

Quels traitements?

Il est possible d’administrer l’alpha-1 antitrypsine sous forme d’injections hebdomadaires, mais seulement 2% du produit parviennent au poumon et l’efficacité à long terme de ce traitement reste incertaine. Les mesures préconisées pour toute BPCO restent valables: arrêt complet du tabagisme, protection contre la pollution, médicaments bronchodilatateurs, vaccinations contre la grippe et les pneumocoques, antibiotiques et corticostéroïdes en cas d’exacerbation, physiothérapie, et en cas d’aggravation, oxygénothérapie, réhabilitation, éventuellement chirurgie de réduction ou greffe pulmonaire.

Quelques faits sur l’emphysème par déficit en alpha-1 antitrypsine

3% des patients souffrant de BPCO ont un déficit en alpha-1 antitrypsine.
Il faut en moyenne 7,5 ans depuis les premiers symptômes, pour que le diagnostic soit posé.
Les patients ont consulté entre 3 et 7 médecins avant que le diagnostic ne soit posé.
Le fait de fumer accélère de 15 ans la survenue des symptômes respiratoires.
Il y a environ 1600 porteurs d’un gène du déficit en alpha-1 antitrypsine en Suisse et 3 millions dans le monde.

Signification pratique des mutations du gène de l’alpha-1 antitrypsine

Type de gène Quantité d’alpha-1 antitrypsine dans le sang (μmol/l) Signification pratique et risque de développer un emphysème
MM 20 à 53 situation normale
MZ et MS 12 à 28 sujet rarement symptomatique
SS 13 à 27 sujet à risque
SZ 10 à 16 risque important
ZZ 2,5 à 7 risque très important
Null 0 risque très important

Dr François Heinzer, Lausanne

Autres informations

Association suisse de patients déficitaires en alpha-1 antitrypsine:

Carole Michaud Bourban

Rte de Combettaz 11

1965 Drône

no de tél. 079 479 71 46

elorac@STOP-SPAM.netplus.ch

Registre suisse de patients déficitaires en alpha-1 antitrypsine:

Secrétariat Service de la Pneumologie

Hôpital Universitaire de Zurich

Rämistrasse 100

8091 Zurich

No de tél. 044 255 39 28

Fax 044 255 44 51

 

Alpha-1 Foundation USA:

www.alphaone.org

Pneumotél

Chaque mercredi de 17h00–19h00 nos médecins répondent à vos questions à propos des poumons et des voies respiratoires.

 

Une prestation gratuite de la ligue pulmonaire.