Le terme "dioxydes d’azote" est un terme générique pour une multitude de molécules contenant de l’azote et de l’oxygène. En ce qui concerne l’hygiène de l’air, les principaux sont le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2).

En été, les oxydes d’azote comptent parmi les principales causes de smog. À la saison froide, le nitrate d’ammonium, formé à partir d’oxydes d’azote gazeux et d’ammoniac, contribue à une large pollution par le biais des poussières fines  (PM10). En outre, les dioxydes d’azote sont des précurseurs importants de l’ozone formé au niveau du sol.

Les dioxydes d’azote résultent de la combustion du carburant et des combustibles. En Suisse, le trafic routier est la plus grande source de monoxyde d’azote (NO). Ce dernier est rapidement transformé dans l’atmosphère en dioxyde d’azote (NO2), plus toxique.

Le dioxyde d’azote (NO2) représente tout particulièrement une menace pour la santé des êtres humains. Ses effets sont:

  • des symptômes d’inflammation dans les voies respiratoires
  • un renforcement de l’effet irritant des allergènes
  • de moins bonnes défenses contre les infections
  • une moindre croissance pulmonaire chez l’enfant
  • des troubles du rythme cardiaque et des infarctus du myocarde
  • une augmentation des hospitalisations dues à des pathologies pulmonaires
  • une élévation du risque de décès des suites de maladies cardiovasculaires et respiratoires

 

 

Les individus souffrant de problèmes cardiaques et pulmonaires doivent éviter les lieux fortement pollués: tunnels, «canyons urbains», tronçons à fort trafic routier, parkings souterrains, pièces enfumées)

Graphiques de la pollution atmosphérique actuelle NABEL