Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, consultez les indications légales.

Accepter

L'asthme sous contrôle: portraits de patients

Trois des six membres de la famille Reber, de Thoune, souffrent d'asthme. Cependant, ils ont appris à faire face à leur maladie. 

 

Janosh jongle avec son ballon de football, puis le passe à son petit frère de 8 ans, Maurus. celui-ci fait quelques pas et renvoie le ballon. Ce qui ressemble à une activité de loisir normale, n'est pourtant pas aussi évident qu'il n'y paraît pour eux. En effet, comme leur mère, ils souffrent tous deux d'asthme.

 

Etant plus petit, Janosh toussait souvent avec des expectorations, explique Nicole Reber, mère de quatre enfants. Il a commencé sa thérapie à 4 ans. "Avant ça, il était souvent frustré car il atteignait rapidement ses limites. Quand les choses se sont améliorées, tout ce qu'il voulait, c'était faire du sport" Aujourd'hui, il est inscrit dans un club de football, de gymnastique, fait du hockey et de la boxe."Pendant un tournoi, je me rends déjà compte que la respiration devient pénible, et naturellement cela m'énerve", dit-il. "Mais cela pourrait être bien pire."

La situation est différente pour Maurus. Il est né prématurément et a été placé sous oxygène durant 18 mois.

 

Même aujourd'hui, il s'essoufle rapidement. Lorsqu'il prend une pause, pendant un match de football, il ne se laisse pourtant pas décourager. "Quand je ne peux plus courir, je deviens le commentateur", explique-t-il. La seule chose qu'il n'aime pas, c'est jouer à chat perché: "Si je ne peux pas courir aussi vite que les autres, je reste toujours le chat."

 

L'asthme ne limite pas extrêmement la vie de famille, dit Nicole Reber. "Nous sommes souvent dehors, au grand air. Mais nous devons bien planifier nos activités." Elle était contente des offres de la Ligue pulmonaire, notamment des conseils, des cours de natation, des rencontres sportives, qui sont un élément important pour les enfants.

 

Les spécialistes de la ligue pulmonaire ont également compris leur situation. "Certaines personnes me voient comme une mère hystérique qui surprotège ses enfants.  Cependant, une crise d'asthme ne se manifeste pas toujours par une respiration sifflante. Mes enfants deviennent apathiques. Et si personne ne réagit, cela peut être dangereux."

 

LIGUE PULMONAIRE BERNOISE
Chutzenstrasse 10
3007 Berne
Tél. : +41 31 300 26 26
Fax : +41 31 300 26 25
Email : info@STOP-SPAM.lungenliga-be.ch