Actuel

La publicité pour le tabac est omniprésente - pourquoi les adultes la perçoivent-ils moins que les enfants et les adolescents

« Il n'y a pourtant presque plus de publicité pour le tabac », disent les adultes. Beaucoup voient ainsi dans l'initiative populaire « Enfants sans tabac » une interdiction inutile de la publicité. Cependant, l'impression subjective est trompeuse : En réalité, la publicité pour le tabac est omniprésente chez les mineurs. En moyenne, ils sont confrontés près de 70 fois lors d’une journée de week-end normale à des stimuli favorables au tabac.

La grosse annonce dans le journal gratuit, la publicité en ligne tapageuse sur les applications et les médias sociaux, les offres promotionnelles attrayantes dans les points de vente et les festivals, ou encore les spots publicitaires branchés sur les écrans des kiosques – dans tous ces endroits et dans bien d'autres encore, la publicité pour le tabac est aujourd'hui autorisée. Ce n'est d’ailleurs pas un hasard si la publicité et les activités de promotion des produits du tabac se trouvent précisément là où elles atteignent les enfants et les jeunes. Le langage, la présentation et les images sont également choisis tout à fait consciemment.

 

Ces publicités visent à attirer l'attention des jeunes et à leur permettre un accès rapide et facile aux produits. Quelques clics suffisent pour commander des échantillons gratuits en ligne, les cigarettes électroniques sont présentées comme des gadgets modernes et esthétiques au design branché, et sont proposées dans de nombreuses couleurs à la mode. Les produits sont mis en évidence de manière dédramatisée et détournent l'attention des conséquences nocives. La plupart des offres alléchantes sont en outre délibérément placées sur Internet en raison des restrictions d'âge existantes, le contrôle de l'âge devenant ainsi une farce.

 

Gagner les jeunes comme clients et clientes

La majorité des fumeurs et des fumeuses ont commencé à fumer lorsqu'ils étaient mineurs. En effet, il est rare de commencer à consommer après 21 ans, et les fumeurs et fumeuses ne changent pratiquement plus de marque une fois qu'ils l'ont choisie. Renoncer à la publicité qui s'adresse tout spécifiquement aux mineurs ne suffit donc pas. Aujourd'hui déjà, il n'y a pas de publicité pour le tabac dans la presse pour enfants et adolescents, comme par exemple dans Okapi ou GEO Ado - et pourtant, une personne sur cinq âgée de 15 à 19 ans fume. Qui souhaite de nouveaux clients et clientes doit donc impérativement pouvoir les attirer tôt vers soi et ses produits. 

 

Des stratégies publicitaires raffinées

En matière de publicité, la rentabilité est au premier plan. Des stratégies appropriées veillent à ce que nous voyions de la publicité pour des produits qui "nous conviennent" et pour lesquels il existe une certaine probabilité que nous les achetions. Dans la publicité en ligne, des algorithmes font en sorte qu'elle soit encore plus ciblée et donc adressée le plus efficacement possible. Ce sont les raisons pour lesquelles les adultes voient et perçoivent beaucoup moins la publicité pour le tabac : Elle s'adresse en premier lieu aux jeunes et aux mineurs, principalement sur Internet, sur les applications et dans les médias sociaux. La publicité pour les cigarettes classiques, mais surtout pour les nouveaux produits et formes de consommation (e-cigarettes, snus, etc.) y est omniprésente. Selon une étude, les jeunes sont exposés en moyenne 68 fois à des stimuli favorables au tabac au cours d'une journée normale de week-end avec des activités habituelles.

 

Protéger efficacement les jeunes contre les produits du tabac nocifs

La manière dont la protection des enfants et des jeunes est contournée par de telles stratégies publicitaires est répréhensible et contraire à l'éthique. En effet, personne ne peut sérieusement vouloir que nos enfants et nos jeunes fument. Elle sape également tous les efforts de protection de la jeunesse et de promotion de la santé. La Suisse est ainsi le dernier pays à appliquer des restrictions aussi laxistes en matière de publicité pour le tabac. Seule l'acceptation de l'initiative populaire "Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac" permettra de corriger enfin efficacement ces dysfonctionnements.

Vidéos « La publicité pour le tabac destinée aux jeunes est partout »

 

La loi sur les produits du tabac ne suffit pas !

Les opposants et opposantes à l'initiative populaire affirment que la loi sur les produits du tabac assure suffisamment la protection de la jeunesse, y compris en ce qui concerne la publicité, et que l'initiative est par conséquence inutile et extrême. Il s'agit là d'une fausse affirmation flagrante. Les faits sont les suivants : la nouvelle loi sur les produits du tabac ne limite guère les possibilités de publicité sur Internet, dans les médias sociaux, dans les points de vente et les festivals, excluant ainsi précisément les lieux où les jeunes se trouvent en majorité.

 

Coalition de l’initiative populaire

« Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac »

L’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac » est soutenue par les grandes organisations de la santé. Ce sont notamment la Ligue contre le cancer, la Ligue pulmonaire, les Médecins de famille et de l’enfance Suisse, la fondation Addiction Suisse, la FMH, l’Alliance pour la santé en Suisse, l’Association suisse des droguistes, la Société Suisse des Pharmaciens pharmaSuisse, pédiatrie suisse, les médecins pneumologues et les cardiologues, sans oublier le Conseil suisse des activités de jeunesse et la Croix Bleue. Swiss Olympic, le Dachverband Lehrerinnen und Lehrer Schweiz et son pendant romand, le Syndicat des enseignant-e-s romand-e-s SER, ainsi que le Collège de médecine de premier recours ont également rallié les défenseurs de l’initiative.

https://www.enfantssanstabac.ch/