Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, consultez les indications légales.

Accepter

Actualités

Le tabagisme: une porte ouverte au coronavirus

Fumer augmente le risque de développer une forme grave du coronavirus (COVID-19). Cela affaiblit le système immunitaire et affecte les poumons. Plus une personne commence à fumer jeune, plus elle risque de devenir dépendante à la nicotine, de souffrir d’infections aiguës des voies respiratoires et de décéder d’une maladie respiratoire chronique. C’est pourquoi la Ligue pulmonaire suisse appelle à une protection efficace des jeunes dans la loi sur les produits du tabac.

Fumer multiplie par deux le risque d’infection des voies respiratoires. En effet, la nicotine déstabilise les parois cellulaires des alvéoles pulmonaires, ce qui permet à des virus tels que le COVID-19 de s’y infiltrer plus facilement[1]. Il faut toutefois d’autres résultats de recherche à ce sujet.

D’après les premières études, les fumeurs ont 2,4 fois plus de risque de développer une forme sévère du coronavirus[2]. Par ailleurs, ils présentent plus souvent des antécédents de maladies cardiovasculaires, de cancer ou de maladies respiratoires chroniques, qui augmentent encore le risque d’évolution vers une forme grave du COVID-19.

 

Protéger les jeunes contre la nicotine

Plus de la moitié des personnes commence à fumer jeune. Chez les 15-19 ans, on compte déjà 21% de fumeurs. À 15 ans, 50% des garçons et 35% des filles ont déjà tiré sur une cigarette électronique. En outre, l’industrie du tabac fait de la publicité pour des produits aromatisés à base de nicotine auprès des jeunes. Dans l’UE, les cigarettes aromatisées (par exemple au menthol ou à la vanille) sont interdites depuis le 20 mai 2020. Il est regrettable que le projet actuel de loi sur les produits du tabac ne prévoie pas de telles interdictions. À cet âge, les poumons sont particulièrement fragiles car ils n’ont pas encore atteint leur pleine maturité. Et Claudia Künzli, responsable de la promotion de la santé et de la prévention au sein de la Ligue pulmonaire suisse, d’ajouter: «La publicité pour les produits à base de tabac et de nicotine incite les jeunes à fumer. Un jeune qui commence à consommer ce type de produits à l’adolescence, c’est un jeune qui aura beaucoup de mal à arrêter.»

À travers ses revendications vis-à-vis de la loi sur les produits du tabac, la Ligue pulmonaire s’engage pour permettre aux jeunes de grandir en bonne santé, à l’écart du tabac, et de développer un système immunitaire fort, capable de mieux lutter contre les infections des voies respiratoires comme le COVID-19.

 

Le 31 mai est la «Journée mondiale sans tabac de l’OMS», qui vise à sensibiliser aux conséquences de la consommation de tabac.

 

La Ligue pulmonaire suisse appelle à une protection efficace des jeunes dans la loi sur les produits du tabac:

  • Interdiction stricte de la publicité, de la promotion et du sponsoring
  • Mêmes règles pour les produits du tabac classiques et les cigarettes électroniques en matière de vente, publicité et tabagisme passif
  • Interdiction nationale de vendre et de distribuer des produits du tabac et des cigarettes électroniques aux mineurs
  • Interdiction des arômes et des colorants

Plus d’informations sur la politique du tabagisme et le sevrage tabagique de la Ligue pulmonaire.

La Ligue pulmonaire est une organisation de santé à but non lucratif. Elle emploie plus de 700 collaboratrices et collaborateurs et s’investit depuis plus de 115 ans pour les personnes souffrant de maladies respiratoires et pulmonaires.

Elle conseille et accompagne plus de 100 000 patientes et patients sur 70 sites dans toute la Suisse et à domicile, afin qu’ils puissent autant que possible garder leur autonomie et avoir une bonne qualité de vie. La Ligue pulmonaire suisse est également engagée dans la promotion de la santé et la prévention, la formation continue des professionnels de santé et la promotion de la recherche. Cette organisation de santé certifiée Zewo détient le label NPO pour son management d’excellence.

Pour toute question, veuillez-vous adresser à:
Ligue pulmonaire suisse

Andrea Adam, porte-parole

Tél. 031 378 20 53

a.adam@STOP-SPAM.lung.ch

 

[1] Brake, S.J.; Barnsley, K.; Lu, W.; McAlinden, K.D.; Eapen, M.S.; Sohal, S.S. 2020. Smoking Upregulates Angiotensin-Converting Enzyme-2 Receptor: A Potential Adhesion Site for Novel Coronavirus SARS-CoV-2 (Covid-19). J. Clin. Med. 2020, 9, 841; Cai G. Bulk and single-cell transcriptomics identify tobacco-use disparity in lung gene expression of ACE2, the receptor of 2019-nCov. medRxiv 2020.02.05.20020107; doi.org/10.1101/2020.02.05.20020107; Posted February 28, 2020. 

[2] Guan, Wei‐Jie; Ni, Zheng‐Yi; Hu, Yu; Liang, Wen‐Hua; Ou, Chun‐Quan; He, Jian‐Xing et al. (2020): Clinical Characteristics of Coronavirus Disease 2019 in China. In The New England journal of medicine. DOI: 10.1056/NEJMoa2002032.