Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, consultez les indications légales.

Accepter

Actualités

L’étude de la GELIKO le montre : il faut renforcer l’accompagnement psychosocial pour les malades chroniques

Avec l’étude « Les Ligues de la santé en Suisse : tâches, rôles et perspectives», on dispose pour la première fois de chiffres sur le travail des Ligues de la santé. L’étude révèle en outre des déficits dans l’offre d’accompagnement psychosocial des malades chroniques, ainsi que dans l’information centrée sur les patients, dans la consultation des personnes cumulant plusieurs maladies et dans la coordination des prestations de soins pluridisciplinaires. C’est pourquoi les Ligues de la santé veulent étendre leur offre en conséquence et envisagent de renforcer leur collaboration. La Ligue pulmonaire suisse est aussi membre de la GELIKO.

Une maladie s’accompagne souvent de peine et de souffrances. Dans ces moments, les malades et leurs proches devraient pouvoir compter sur un soutien professionnel. Les seize Ligues de la santé regroupées au sein de la GELIKO et les près de 200 organisations régionales et cantonales qui en font partie fournissent un large spectre de prestations dans ce sens, avec 1‘100 postes à plein temps.


Des piliers importants du système de santé suisse

De nos jours, les Ligues de la santé proposent de nombreuses prestations qui ne sont pas fournies par le système de santé publique et qui font principalement l’objet d’un financement privé, malgré l’importance qu’elles revêtent pour le système de santé. Ainsi en 2013, les recettes et les dépenses des Ligues de la santé et des organisations qui en font partie se sont montées à environ 270 millions de francs suisses et les subventions publiques n’ont couvert que 15 % de cette somme. « Par leurs conseils, leur information et leur promotion de l’entraide, les Ligues de la santé contribuent à promouvoir la santé, à soulager la souffrance des gens et à réduire les coûts de la santé », a déclaré le conseiller aux États Hans Stöckli, président de la GELIKO, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Berne. Pour 2013, cette offre a surtout comporté 390‘000 heures de consultation pour établissement d’un diagnostic ou thérapie, de consultation psychosociale, de consultation sociale et juridique ou de clarification des besoins, ainsi que par 40‘000 heures de brèves consultations. Par ailleurs, 3‘700 cours ont été proposés aux malades et à leurs proches, dans le domaine de la réadaptation, de la formation continue, ainsi que du sport et des loisirs. En 2013, les Ligues de la santé ont compté près de 6‘000‘000 visiteurs et visiteuses sur leurs sites. Leurs offres s’adressent en premier lieu aux malades et à leurs proches, mais aussi aux groupes à risque, au personnel de santé et au grand public.

Meilleur soutien des personnes souffrant de maladies chroniques ou cumulant plusieurs maladies

Dans la perception des acteurs interrogés, les Ligues de la santé fournissent de précieuses prestations dans le système de santé suisse pour les personnes atteintes de maladies chroniques. Leur grande compétence technique et leur proximité avec les patient-e-s figurent parmi leurs points forts. « Compte tenu de l’évolution démographique et de l’évolution de la médecine, les prestations des Ligues de la santé seront de plus en plus demandées », relève Doris Fischer-Taeschler, directrice de l’Association suisse du diabète et viceprésidente de la GELIKO. « Dans certains domaines, en particulier l’information centrée sur les patients, l’accompagnement psychosocial et la coordination des prestations, on constate d’ores et déjà des lacunes dans l’offre : un défi, notamment pour les Ligues de la santé. » C’est pourquoi les membres de la GELIKO envisagent un renforcement de la collaboration des Ligues de la santé entre elles et avec les fournisseurs de prestations.


Projet pilote dans le canton de Fribourg
Dans le canton de Fribourg, une telle collaboration existe déjà depuis 16 ans. Six organisations cantonales travaillent entre-temps sous un même toit sous le nom « Les Ligues de la santé du canton de Fribourg ». La Ligue contre le cancer, la Ligue pulmonaire, la prévention du tabagisme (cipret), le centre de dépistage du cancer du sein, l’équipe mobile de soins palliatifs Voltigo et Diabètefribourg en font partie. « L’étroite collaboration nous permet de conseiller les gens de façon plus ciblée et plus complète, comme un centre de compétences », explique la directrice des Ligues de la santé du canton de Fribourg Rose-Marie Rittener à propos des avantages de son système. Il en va de même pour le travail de prévention.

Au sujet de l’étude

Cette étude mandatée par la GELIKO montre, faits et chiffres à l’appui, les prestations actuelles des ligues de la santé, leur importance sociétale et politique, ainsi que le rôle qu’elles s’efforceront de jouer à l’avenir dans le système de santé et le système social de la Suisse. Elle a été réalisée par le bureau de recherche INFRAS, avec le soutien de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), de la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS), ainsi que de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM). L’étude se base d’une part sur une évaluation de la littérature et des documents des membres de la GELIKO effectuée entre l’été 2014 et le printemps 2015, d’autre part sur des questions posées aux organisations faîtières et aux membres de la GELIKO par le biais d’interviews et de sondages en ligne. Une vingtaine d’acteurs du système de la santé impliqués dans la politique, l’administration, l’économie et les ONG ont en outre été interviewés.

Personnes de contact : Hans Stöckli, Président de la Conférence suisse des Ligues de la santé GELIKO, tél. 079 770 83 58
Doris Fischer-Taeschler, vice-présidente de la Conférence suisse des Ligues de la santé GELIKO,
tél. 079 432 71 43