Augmentation des performances – Traitement

Si la BPCO est identifiée à temps, l’évolution de la maladie peut être ralentie. Certains médicaments peuvent soulager les troubles et améliorer l’entraînement physique et les performances.

 

Indispensable: arrêter de fumer

La BPCO ne peut pas être guérie. Ce n’est qu’en arrêtant de fumer que l’on peut freiner la poursuite de la destruction des poumons. À tout stade de la maladie, il vaut donc la peine de cesser de fumer.

 

Des médicaments soulagent les troubles

Des médicaments qui dilatent les voies respiratoires peuvent atténuer les troubles et la dyspnée à l’effort physique. Généralement, les médicaments sont inhalés une ou plusieurs fois par jour. Ce traitement contribue à améliorer la fonction pulmonaire, à augmenter les performances et, de ce fait, à améliorer la qualité de vie. Au stade avancé, l’inflammation dans les poumons est traitée avec des préparations de cortisone à inhaler.

 

Vaccination contre la grippe et les pneumocoques

Les personnes atteintes de BPCO devraient se faire vacciner pour prévenir les infections des voies respiratoires: une fois par an contre la grippe et tous les cinq à six ans contre des pathogènes habituels de la pneumonie – les pneumocoques.

 

L’oxygénothérapie améliore la qualité de vie

Au stade terminal de la maladie, une carence chronique en oxygène peut se manifester chez les personnes atteintes. Cette carence est compensée par une oxygénothérapie qui facilite la respiration et améliore la qualité de vie.

 

L’entraînement augmente les performances

Les patientes et les patients souffrant de BPO évitent les efforts physiques car ceux-ci provoquent la dyspnée. Ils sont donc souvent peu entraînés. Par conséquent, des efforts de plus en plus faibles entraînent une dyspnée toujours plus forte. Ce cercle vicieux peut être brisé. Par exemple grâce à la réhabilitation pulmonaire ou à la participation à des groupes d’entraînement spécialisé.