Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, consultez les indications légales.

Accepter

Machines de chantier et agricoles

Sources de polluants atmosphériques

Les machines et outils utilisés dans l’agriculture et sur les chantiers (véhicules « non-road ») fonctionnent pour la plupart avec des moteurs diesel. Ces derniers émettent surtout des oxydes d’azote et, s’ils ne sont pas équipés de filtres, de grandes quantités de particules fines primaires (en particulier les suies de diesel cancérigènes).

Depuis l’année 2000, les réglementations en matière d’émissions ont été durcies. La situation s’est ainsi améliorée, mais une quantité trop importante d’oxydes d’azote et de particules fines continue à être émise par les véhicules « non-road ».
 

Contribution à l'ensemble des émissions

En 2013, la part des émissions des véhicules agricoles et forestiers ainsi que des machines de chantier s’élevait à environ :
 

  • 10% pour les oxydes d’azote
  • 4% pour les hydrocarbures (HC, COV)
  • 2% pour les particules fines (PM10)

Les tracteurs sont les plus gros émetteurs de cette catégorie. Concernant les machines de chantiers, les émissions se distinguent selon leur puissance de moteur. Les machines de chantier émettent principalement des oxydes d’azote et des particules fines.
 

Bases légales

Machines de chantier avec moteur diesel

L’ordonnance pour la protection de l’air (OPair) fixe les valeurs limites d’émissions pour le monoxyde de carbone (CO), les hydrocarbures (HC), les oxydes d’azote (NOx) et les particules (valeur limite de masse). De plus l’OPair fixe une valeur maximale admise pour le nombre de particules. Cette valeur limite est valable pour les machines dont la puissance de moteur est comprise entre 19kW et 560kW et ne peut être respectée qu'au moyen d'un filtre à particules.
 

Tracteurs et autres machines agricoles et forestières

La valeur limite du nombre de particules émises ne s’applique pas pour ces machines. À l’heure actuelle 110'000 tracteurs environ sont en circulation en Suisse, la plupart sans être équipés de filtres à particules. Ces machines sont donc responsables d’une part importante des émissions de particules fines et menacent particulièrement la santé des personnes qui travaillent à proximité.
 

Solutions possibles

  • Supprimer les dérogations pour la catégorie véhicules « non-road » : les machines de chantier avec une puissance de moteur inférieure à 19kW et supérieure à 560kW ainsi que les générateurs de secours devront ainsi également respecter les valeurs limites d’émissions.
  • Réduire les émissions produites par les machines déjà existantes, par exemple à l’aide d’un système d’incitation financière afin de favoriser l’installation de filtres à particules sur les tracteurs.
  • Fixer une valeur limite pour le nombre de particules, basée sur la norme Euro VI, et valable pour tous les véhicules « non-road ». Cela permettrait de diminuer fortement les émissions de particules fines.
  • Adapter la valeur limite des émissions d’oxydes d’azote à la norme Euro VI.


     

Source: (BAG & BAFU 2015)