Oxygénothérapie

Diverses maladies pulmonaires telles que la BPCO et la Mucoviscidose peuvent entraîner une détresse respiratoire chronique et, finalement, un collapsus du système cardiovasculaire. Avec une oxygénothérapie, les patientes et les patients préviennent les conséquences de leur maladie.

 

Pourquoi une oxygénothérapie?

Les personnes atteintes de maladies pulmonaires qui ne peuvent capter une part suffisante de l’oxygène de l’air respirable ont besoin d’un apport supplémentaire d’oxygène. Les besoins en oxygène sont particulièrement prononcés lors d’efforts physiques (marche à pied, gymnastique).
 
L’apport d’oxygène de longue durée

  • diminue la détresse respiratoire et améliore ainsi les performances et la qualité de vie,
  • soutient le système cardiovasculaire et
  • augmente l’espérance de vie.

La thérapie n’a d’effet que si l’oxygène supplémentaire est inspiré au moins 16 heures par jour. L’idéal est de pouvoir appliquer la thérapie 24 heures sur 24.

Appareils pour l’oxygénothérapie

Le choix de l’appareil utilisé dépend surtout de la fréquence à laquelle la personne concernée s’absente de chez elle.

Système d’oxygène liquide

Ce système, dont l’abréviation est LOX (pour liquid oxygen), est utilisé

  • lorsque les personnes concernées sont mobiles et s’absentent régulièrement de leur domicile pendant plus d’une heure,
  • lorsque les personnes concernées ont constamment besoin d’une forte dose d’oxygène que, pour des raisons techniques, le concentrateur d’oxygène ne peut délivrer.

Les patientes et les patients reçoivent un récipient de réserve qui reste à leur domicile et qui est régulièrement rempli ou échangé. À la maison, ils peuvent inspirer l’oxygène directement à partir de ce réservoir grâce à une conduite d’alimentation appropriée. Les personnes concernées reçoivent en outre un appareil portable qu’elles peuvent remplir elles-mêmes d’oxygène liquide à partir du réservoir.

Selon la capacité de l’appareil et la consommation d’oxygène, le contenu du «portable» suffit pour trois à huit heures. Grâce à un réseau de stations-service d’oxygène réparties dans toute la Suisse, des voyages et des excursions de plus longue durée sont aussi possibles.

Bouteilles d’oxygène

Les personnes concernées qui n’ont besoin d’oxygène que de façon sporadique reçoivent de l’oxygène comprimé en bouteilles. Ce système est très simple à utiliser; toutefois, en raison des coûts élevés de transport et de remplissage, il ne convient pas pour une thérapie de longue durée.

Concentrateur d’oxygène
Les concentrateurs d’oxygène filtrent l’oxygène de l’air environnant de façon à ce que les personnes concernées puissent l’inspirer directement. Les patientes et les patients ne peuvent cependant utiliser cet appareil qu’à l’intérieur de leur domicile. Il est donc indiqué en premier lieu pour les personnes concernées qui ne sortent de chez elles que de façon irrégulière et pour un court laps de temps. À cet effet, elles utilisent alors de petites bouteilles contenant de l’oxygène médical, qui sont échangées dès qu’elles sont vides.

Prise en charge des coûts par les caisses-maladie

En cas de prescription médicale, l’assurance de base obligatoire prend en charge les coûts de l’oxygénothérapie. Les médecins prescripteurs orientent les personnes concernées vers la Ligue pulmonaire.

Prestations de la Ligue pulmonaire

Les collaborateurs de la Ligue pulmonaire encadrent les personnes concernées tout au long de la thérapie:

  • Ils analysent leurs besoins et les conseillent dans le choix du système et de la conduite d’alimentation.
  • Ils louent l’appareil requis et adaptent les consommables aux besoins individuels des patientes et des patients.
  • Ils expliquent aux patientes et aux patients ainsi qu’à leurs proches comment manipuler l’appareil et s’en servir.
  • Ils restent à la disposition des personnes concernées même après la période d’adaptation: ils répondent aux questions des patientes et des patients et de leurs proches et les aident à intégrer la thérapie dans leur quotidien.
  • Ils contrôlent régulièrement le bon fonctionnement de l’appareil.Ils contrôlent et remplacent les conduites d’alimentation et autres consommables.
  • Ils contrôlent le déroulement de la thérapie, en discutent avec les personnes concernées et en rendent compte au médecin.