Détecter l'asthme - Diagnostic

Les principales méthodes de diagnostic de l'asthme sont:

 

  • Test d'allergies sur la peau (prick test)
  • Test de la fonction pulmonaire
  • Test de provocation

 

Si ces tests sont positifs et si les symptômes typiques se manifestent, le diagnostic d'asthme est très probable. 


Les asthmatiques ont souvent des antécédents allergiques lorsqu'ils consultent un médecin pour la première fois. Certains d'entre eux ont déjà une allergie ou une hypersensibilité connue à certaines substances. Le savoir d'avance facilite pour le médecin la pose du bon diagnostic. Néanmoins, différents examens sont encore nécessaires pour exclure d'autres maladies pulmonaires et des voies respiratoires. 


A cet égard, la distinction entre l'asthme et la bpco  est très importante pour que le traitement soit efficace. On s'aperçoit de plus en plus que ces deux tableaux cliniques peuvent aussi se chevaucher.

Différences typiques entre asthme et BPCO

Asthma BPCO                                                   
Concerne souvent des allergiques Concerne le plus souvent des fumeurs
La maladie commence souvent dès l’enfance La maladie se déclenche la plupart du temps après 40 ans
Les symptômes surviennent souvent par crises Les symptômes empirent lentement
Dyspnée également au repos Dyspnée lors d’effort physique
La fonction pulmonaire peut de nouveau se normaliser après une crise d’asthme ou après l’inhalation d’un médicament contre l’asthme La fonction pulmonaire diminue en continu

Test de la fonction pulmonaire (Spirometrie)

 

Une spirométrie se fait facilement, sans douleur et en l’espace de quelques minutes. Elle mesure la respiration et permet de détecter des maladies pulmonaires obstructives telles que la BPCO. Une spirométrie est recommandée chez les personnes qui,

 

  • toussent souvent,
  • fument et sont âgées de plus de 45 ans,
  • éprouvent de la dyspnée lorsqu’elles marchent rapidement,
  • se font du souci pour la santé de leurs poumons,
  • sont déjà sous traitement pour une maladie pulmonaire.

 

L’appareil mesure le volume respiratoire et la vitesse d’expiration. Si la proportion d’air expiré pendant la première seconde est inférieure à 70 pour cent de l’air inspiré, il y a un rétrécissement des voies respiratoires. Comme la BPCO aussi bien que l’asthme peuvent en être la cause, on procède à un deuxième test: la patiente ou le patient inhale un médicament qui dilate les voies respiratoires. Ce médicament n’induit un effet que chez les sujets souffrant d’asthme. Dans la BPCO, les voies respiratoires ne réagissent pas et restent rétrécies. La spirométrie permet aussi d’observer sur une période prolongée si un traitement exerce un effet.

 

La plupart des Ligues pulmonaires cantonales vous offre une spirométrie gratuite sur demande. Informez-vous chez la Ligue cantonale près de vous.

 

 

Film en allemand sur la spirometrie