Actualités

Tuberculose: symposium sur une maladie presque oubliée

La tuberculose se transmet par voie aérogène lorsqu’une personne atteinte de la maladie tousse. En Suisse, on dénombre près de 550 cas chaque année.

Lors du symposium Tuberculose les participants ont abordé le thème des contrôles d’entourage dans les populations migrantes.

L’OFSP a décidé de supprimer le dépistage systématique de la tuberculose chez les requérants d’asile dès janvier 2018, dépistage effectué depuis plus de dix ans dans tous les centres d’accueil et de procédure de la Confédération. Cette décision peut surprendre, car une procédure systématique est souhaitable pour freiner la tuberculose, notamment auprès des personnes en provenance de régions où cette maladie est répandue. C’est désormais le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) qui est chargé de mettre en place la nouvelle procédure, de fournir des informations sur les maladies transmissibles aux personnes requérantes d’asile, et qui est responsable des formations pour les personnels d’encadrement et de sécurité.

 

Lors du symposium Tuberculose du 22 mars 2018 à Macolin, les participants ont abordé le thème des enquêtes d’entourage dans les populations migrantes à partir d’expériences vécues dans les cantons de Genève, Vaud et Saint-Gall; différentes approches à l’échelle mondiale ont également été évoquées. Les participants ont reconnu la nécessité de garantir l’accès aux soins pour les populations à risque. Le personnel affecté à l’encadrement de requérants d’asile doit être formé et sensibilisé. Si la tuberculose est détectée, les personnes atteintes doivent être traitées immédiatement et, pour les cas contagieux, les examens environnementaux doivent être effectués avec soin.

 

Pour toute question, veuillez-vous adresser à Florian Baccaunaud Porte-parole Ligue pulmonaire suisse 031 378 20 71 f.baccaunaud@lung.ch

 

[1] Dans le cadre des enquêtes d’entourage, les personnes ayant été en contact avec des cas de tuberculose pulmonaire font l’objet d’un examen.

 

 

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose est organisée le 24 mars chaque année. Son objectif majeur est de sensibiliser à une maladie qui tue encore 5000 personnes par jour à travers le monde.

 

La Ligue pulmonaire dirige le « centre de compétence tuberculose »

La Ligue pulmonaire conseille et accompagne les personnes souffrant de maladies respiratoires et pulmonaires afin qu’elles puissent autant que possible garder leur autonomie et avoir une bonne qualité de vie.

La Ligue pulmonaire Suisse dirige le « centre de compétence tuberculose » dans le cadre d’un mandat de prestation avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cette plateforme nationale d’information et de coordination assiste les spécialistes confrontés à des cas de tuberculose.

 

Tuberculose: 90% des personnes contaminées ne tombent pas malades

La tuberculose est une maladie infectieuse due à une bactérie (Mycobacterium tuberculosis ou bacille de Koch) qui affecte généralement les poumons. La transmission se fait presque exclusivement d’une personne à une autre par voie aérienne. La tuberculose provoque généralement des troubles ressemblant à ceux d’une grippe ou d’une pneumonie. Au nombre de ceux-ci figurent la toux, des difficultés respiratoires, une sensation de faiblesse, de la fièvre et très souvent une perte de poids. Environ 90% des personnes infectées par la tuberculose ne tombent pas malades. Les sujets n’ayant pas développé la maladie ne la transmettent pas à leur entourage. Malgré les progrès de la médecine, la tuberculose reste difficile à soigner. Le traitement antituberculeux consiste en règle générale à prendre quatre types d’antibiotiques pendant deux mois, puis deux types d’antibiotiques pendant quatre mois, afin d’éviter le risque d’apparition d’une résistance des bactéries de la tuberculose.