Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, consultez les indications légales.

Accepter

Agriculture

Source de polluants atmosphériques

L’agriculture est la source principale d’émissions d’ammoniac, de méthane et de protoxyde d’azote. L’ammoniac ainsi que les autres polluants contenant de l’azote constituent un risque pour :
 

  • Les écosystèmes sensibles tels que les forêts, les marais et les landes (excès d’engrais)



Les régions utilisées intensivement pour l’agriculture, telles que le Plateau suisse, sont les plus touchées.
 

Contribution à l'ensemble des émissions

Environ 95% des émissions totales d’ammoniac en Suisse proviennent de l’agriculture (en particulier de l’élevage bovin, cf. graphique de droite).


Avec la baisse du nombre de têtes de bétails, les émissions d’ammoniac ont diminué jusqu’en 2005 et stagnent depuis lors.
 

Bases légales

L’ordonnance sur la protection de l'air ne prévoit pas de valeurs limites d'immissions (VLI) pour l’ammoniac (contrairement aux autres polluants atmosphériques). En 2014, la Commission fédérale de l'hygiène de l'air a recommandé de ne pas fixer de valeur limite pour l’ammoniac. Une valeur limite existe dans le cadre de la Convention CEE-ONU relative à la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance (CLRTAP). Cette dernière fixe une moyenne annuelle de 3μg/m3 comme concentration maximale admise (concentration critique ou critical level).L’ordonnance sur la protection de l'air ne prévoit pas de valeurs limites d'immissions (VLI) pour l’ammoniac (contrairement aux autres polluants atmosphériques). En 2014, la Commission fédérale de l'hygiène de l'air a recommandé de ne pas fixer de valeur limite pour l’ammoniac. Une valeur limite existe dans le cadre de la Convention CEE-ONU relative à la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance (CLRTAP). Cette dernière fixe une moyenne annuelle de 3μg/m3 comme concentration maximale admise (concentration critique ou critical level).

 

Solutions possibles

Approches réglementaires

  • L’ordonnance sur la protection de l'air (OPair) devrait mentionner explicitement que les valeurs limites définies dans la Convention CEE-ONU (CLRTAP, Critical Loads et Critical Levels) peuvent être utilisées légalement lorsqu’une valeur limite d’immissions fait défaut.

Autres approches

  • Agriculture : réduction de la charge de bétail, rotation des cultures sur de plus longues périodes.
  • Élevage bovin: couvrir les installations de stockage, épandre les engrais de ferme à l'aide de pendillards et éliminer rapidement les déjections des étables ou abris. 
  • Habitudes de consommation : réduction de la quantité de produits d’origines animales.

 

Source: (BAG & BAFU 2015)