Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, consultez les indications légales.

Accepter

Réadaptation pulmonaire

La réadaptation pulmonaire est une nouvelle forme de traitement des maladies pulmonaires chroniques, visant à améliorer les capacités physiques et la qualité de vie des patients. Elle peut être prescrite pour différents tableaux cliniques – notamment pour les personnes souffrant d’une BPCO – et englobe un programme multidisciplinaire.
 

Une réadaptation pulmonaire est prescrite en règle générale quand les patientes et patients souffrent d’asthme chronique ou d’une maladie des poumons, comme par exemple la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), ou encore lorsqu’ils viennent de subir une opération des poumons.

Qu’est-ce que la réadaptation pulmonaire?
La réadaptation pulmonaire est un programme multidisciplinaire, qui implique les acteurs suivants:

  • médecin
  • physiothérapeute / ergothérapeute
  • conseil diététique
  • service social
  • psychologue
  • personnel soignant (pour les patients hospitalisés)
  • conseil pour le sevrage tabagique

La réadaptation pulmonaire poursuit les objectifs suivants:

  • améliorer les capacités physiques / de travail
  • améliorer la qualité de vie
  • allonger la durée de vie
  • diminuer les séjours à l’hôpital et la durée d’alitement
  • diminuer les exacerbations

Une équipe de thérapeutes travaille dans le but d’améliorer les capacités physiques. Le programme comprend un entraînement physique, des formations et des exercices de relaxation, ainsi que des mesures visant à mieux gérer la maladie au quotidien. L’objectif est d’augmenter l’activité et, le cas échéant, de changer les habitudes.

A quoi sert la formation «Mieux vivre avec une BPCO»?
Depuis près d’un an, la Société Suisse de Pneumologie collabore avec la Ligue pulmonaire suisse à l’éducation en autogestion «Mieux vivre avec une BPCO», qui permet aux personnes affectées d’apprendre en mode ambulatoire à mieux gérer la maladie, ce qui les soulage elles et leurs proches, et s’accompagne d’une nette amélioration de leur qualité de vie. La formation peut être suivie avant, pendant ou après une réadaptation pulmonaire.


Quand faut-il suivre une réadaptation pulmonaire?
Une réadaptation pulmonaire convient particulièrement d’un point de vue économique et médical dans le cas des broncho-pneumopathies chroniques obstructives et de l’asthme chronique. A partir d’une BPCO de sévérité GOLD III et IV, une réadaptation pulmonaire s’impose. De même, elle est prescrite en cas de fibrose kystique, de pneumopathies interstitielles, d’hypertension artérielle pulmonaire, ou à la suite d’une opération de la cage thoracique.


Quels avantages la réadaptation pulmonaire offre-t-elle?
Une réadaptation convient avant tout aux patients et patientes qui sont dans un état stable, mais qui présentent des capacités physiques insuffisantes et qui ont une qualité de vie médiocre. La réadaptation pulmonaire contribue à interrompre à temps la spirale négative qui, débutant par l’essoufflement et la peur, conduit à l’inactivité et à la diminution de l’activité physique pour, in fine, aboutir à l’isolement social. Un grand nombre d’études internationales montre qu’un programme de réadaptation pulmonaire apporte aux patients un développement notable des capacités physiques et une nette amélioration de la qualité de vie. Il a pu être clairement démontré que cette intervention était efficace, appropriée et rentable. A ce titre, elle remplit donc toutes les prescriptions de la loi sur l’assurance-maladie.


Où sont proposés des programmes de réadaptation pulmonaire en Suisse?
A l’heure actuelle, il existe en Suisse dix centres de réadaptation en stationnaire, et plus de 70 en ambulatoire, dont voici les listes:


Ambulatoire vs stationnaire?
Le choix entre une réadaptation pulmonaire en ambulatoire ou en stationnaire dépend du cas du patient et des circonstances extérieures. Ainsi, en règle générale, si un patient souffre d’une pathologie grave ou d’une mobilité réduite (y compris s’il est âgé et multimorbide), celui-ci doit être hospitalisé. De même, une réadaptation en stationnaire s’impose en cas de comorbidités lourdes. Les patients plus jeunes, qui sont mobiles et encore dans la vie active, peuvent très bien suivre une réadaptation en ambulatoire. Un programme en stationnaire dure en principe trois semaines; en ambulatoire, il faut compter trois à six mois (à raison de 2 à 3 fois par semaine). Le choix d’une réadaptation en mode ambulatoire ou stationnaire est discuté avec le médecin compétent.


Réadaptation pulmonaire terminée – et ensuite?
Dans tous les cas, il est judicieux d’intégrer ensuite un groupe de suivi. Les études montrent que l’amélioration des capacités physiques disparaît au bout d’un an après la fin du programme de réadaptation si celui-ci n’est pas suivi d’un entraînement. Pour que les patients conservent une bonne condition physique, les hôpitaux, les centres de fitness, mais également les Ligues pulmonaires cantonales proposent diverses offres d’activités physiques destinées aux personnes souffrant de maladies respiratoires et pulmonaires.


Que prend en charge la caisse-maladie?
Les coûts de la réadaptation pulmonaire sont pris en charge par la caisse-maladie. La clé de financement détaillée dépend néanmoins de différents facteurs, et principalement de la caisse-maladie et du canton (la compétence est définie dans la loi sur l’assurance-maladie).